tuberculose

La tuberculose (TB) est une maladie infectieuse causée par une bactérie, qui se propage par voie aérienne et qui touche principalement les poumons. Bien que la TB soit guérissable et évitable, elle est la maladie infectieuse la plus mortelle dans le monde, provoquant chaque année la mort de 1,6 million de personnes.[1] La TB est présente sur tous les continents, mais affecte de manière disproportionnée les personnes vivant dans la pauvreté.
Même sur le territoire canadien, la TB demeure une préoccupation, atteignant des populations marginalisées, notamment les collectivités autochtones et les nouveaux arrivants. Bien que l’éradication de la TB soit à notre portée, sa présence persistante démontre les inégalités qui subsistent dans le monde en matière de santé.

S’attaquer à l’épidémie mondiale de TB n’est pas une mince affaire. Des activités de recherche et de développement insuffisantes (R et D), associées à des traitements et à des diagnostics obsolètes causent une montée de la tuberculose résistante aux médicaments et des millions de personnes atteintes de tuberculose ne reçoivent aucun traitement. La résistance aux médicaments se produit lorsque la bactérie causant la TB ne répond plus aux médicaments couramment utilisés pour la traiter. Ceci peut alors accroître la longueur du traitement en plus de sa dangerosité, tout particulièrement pour les personnes vivant avec le VIH, puisqu’elles sont plus susceptibles de souffrir et de mourir de la TB.

Le monde ne consacre que la moitié des sommes nécessaires à l’éradication de la TB.[2] Si nous n’accélérons pas le pas, nous ne viendrons pas à bout de la TB avant encore 150 ans. Nous sommes loin de notre objectif mondial qui est de mettre fin à la TB d’ici 2030. Sans gestes concrets, nous pouvons nous attendre à perdre 28 millions de vies et à des pertes économiques mondiales de l’ordre de un billion $ US.[3]

Informations clés sur la tuberculose

  • La TB est l’une des 10 principales causes de mortalité dans le monde.[4]
  • On estime qu’environ un quart de la population mondiale est infecté par la bactérie à l’origine de la TB.[5]
  • La TB est la principale cause de décès chez les personnes atteintes de VIH.[6]
  • Au cours des 200 dernières années, la TB a causé la mort de plus d’un milliard de personnes – soit plus que le paludisme, l’influenza, la variole, le VIH/SIDA, le choléra et la peste réunis.[7]
  • Chez les peuples inuits du Canada, les taux de TB sont 300 fois supérieurs à ceux observés chez les personnes nées au Canada d’origine non autochtone.[8]

voyez d’autres faits ici

  • La TB est la maladie infectieuse la plus meurtrière.[1]
  • Quelqu’un meurt de la TB tous les 18 secondes.[2]
  • La TB représente entre 6 % et 15 % de tous les décès maternels.[3]
  • La TB tue 200 000 enfants chaque année.[4]
  • Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme est le plus grand bailleur de fonds en matière de soins et de contrôle de la TB.
  • La TB tue plus de 4 000 personnes chaque jour.[5]
  • La TB est plus meurtrière que le VIH et le paludisme combinés.
  • La TB est véritablement une maladie mondiale. Au Canada, les taux de TB sont relativement bas, toutefois en 2016, plus de 1 700 personnes ont été atteintes de TB. [6]
  • La TB est une maladie familiale et « communautaire » : un fardeau très lourd pour les soignants – souvent des femmes – en plus d’avoir un impact économique sur la famille et la communauté.
  • Selon les estimations, la TB coûtera un billion de dollars à l’économie mondiale d’ici 2030.[7]
  • Les façons actuelles de diagnostiquer et de traiter la TB sont dépassées, toxiques et souvent inefficaces. Cela a provoqué une résistance aux médicaments et des survivants aux prises avec des handicaps permanents, une conséquence des effets secondaires provoqués par les médicaments.
  • À l’échelle mondiale, nous sommes face à un manque à gagner annuel de 1,3 milliard $ pour la R et D pour la TB.
  • Peu importe l’endroit où nous vivons, nous avons droit à la santé. Les personnes atteintes de TB sont souvent négligées et marginalisées – elles se heurtent à des barrières qui les empêchent d’accéder aux systèmes de santé, à l’alimentation, à de l’air sain et à de bons logements. La lutte contre la TB est une lutte pour les droits de la personne.

apprenez-en davantage sur les progrès dans la lutte contre la tuberculose et les étapes clés déjà franchies

  • 2018 : Les Nations Unies organise une réunion de haut niveau sur la TB lors de l’Assemblée générale de 2018. Le Canada signe la déclaration de cette réunion au cours de laquelle des engagements mondiaux sont pris pour faire avancer des mesures mondiales et nationales dans la lutte contre la TB.
  • 2016 : Le Canada organise à Montréal la Cinquième Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Le Canada s’engage à verser 785 millions $ au cours de la période 2016-2019, contribuant à la somme mondialement versée de 12,9 milliards $ US.
  • 2016 : Le Canada verse 85 millions $ CA au partenariat TB REACH pour la période 2016-2021. Le Canada est le principal bailleur de fonds de TB REACH, un mécanisme de financement multilatéral qui octroie de petites subventions pour faire l’essai de techniques novatrices visant l’amélioration des traitements et des diagnostics de la TB.
  • 2013 : Le Canada verse 650 millions $, sur trois ans, au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Cela représente une hausse de 20 % comparativement à la contribution précédente.
searcharrow-circle-up