page d'appel à l'action

budget d'enfants

take-action-arrows-yellow

passez à l’action sans tarder!

enregistrez une courte vidéo

en savoir plus
why record a video

We have heard over and over again from MPs and decision-makers that their constituents and Canadians in general don’t care about global issues. We know that this isn’t the case and want you to tell them why you care about Canada working to ensure that the world is free of poverty, and why it is so important that we #ReachEveryChild.

conseil pratique

Follow your Member of Parliament on their social media platforms to stay up-to-date on their activities!

exprimez-vous sur les médias sociaux

en savoir plus
pourquoi utiliser les médias sociaux

Use your voice on social media to tell Canada to keep its commitment to increase its International Assistance Envelope (IAE) every year and invest CAD$600 million in 2024 to ensure that investments in immunization, nutrition, and education can #ReachEveryChild.

conseil d'expert

Les tweets accompagnés d’images sont 160 % plus retweetés que ceux avec texte seulement.

conseil pratique

Lorsque vous publiez sur les médias sociaux, soyez authentique, exprimez-vous avec votre cœur. Même en ligne, les gens veulent échanger avec d’autres êtres humains, alors soyez vous-même et votre message passera mieux!

se préparer à la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose

en savoir plus
pourquoi illuminer les monuments en rouge

Faites partie d’un mouvement international et illuminez en rouge le Canada en signe de soutien à la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose!

conseil d'expert

Depuis plus de 9 000 ans, nous luttons contre la tuberculose (TB). Grâce à de grands efforts, nous avons progressé - la TB est désormais évitable et guérissable. Toutefois, il est nécessaire d'intensifier les efforts de prévention et de guérison, car elle reste la maladie infectieuse la plus meurtrière au monde, avec plus de 4 000 personnes qui meurent de la TB chaque jour. Il est temps de mettre fin à cette épidémie, une fois pour toutes.

conseil pratique

Envoyez votre demande aux monuments au moins 6 semaines à l’avance

« La sécurité humaine n’implique pas seulement l’absence de guerre. C’est aussi avoir la certitude que nos enfants ne mourront pas de la rougeole ou du paludisme. (…) C’est avoir des écoles primaires proches de chez nous qui proposent une éducation gratuite à nos enfants. (…) C’est construire un monde qui convient aux enfants, où chaque enfant peut atteindre l’âge adulte dans la santé, la paix et la dignité. » 

- Carol Bellamy, ancienne directrice générale du Fonds des Nations unies pour l’enfance

Chaque année, le Canada participe à la Semaine du développement international (SDI) pour célébrer notre contribution à l’éradication de la pauvreté et à l’édification d’un monde plus pacifique et plus solidaire. C’est aussi l’occasion d’éduquer et de rappeler les problèmes mondiaux qui demandent notre attention et notre action immédiates.

Le Canada a longtemps eu un impact sur le développement international, en particulier sur la vie des femmes et des enfants. Le Canada a besoin de se mobiliser à nouveau pour les enfants du monde entier, à une époque où la faim et la malnutritionaugmentent, où les progrès réalisés en matière d’accès à une éducation de qualité semblent avoir été perdus dans la pandémie, où la crise de l’apprentissage augmente et où les enfants des communautés les plus marginalisées sont incapables d’accéder à des vaccins essentiels. Nous ne pouvons pas ignorer leurs besoins croissants et les risques d’une action insuffisante.

La demandeLe gouvernement canadien doit tenir son engagement d’augmenter chaque année son enveloppe d’aide internationale (EAI) et d’investir 3 milliards de dollars supplémentaires sur cinq ans (dont 600 millions de dollars canadiens en 2024) pour que les investissements dans la vaccination, la nutrition et l’éducation puissent #AtteindreChaqueEnfant.

les besoins les plus pressants des enfants

  • L’année dernière, parmi les enfants de moins de cinq ans, on estime que 148,1 millions (22,3 %) souffraient d’un retard de croissance (trop petit.e.s pour leur âge) et que 45 millions (6,8 %) souffraient d’émaciation (poids insuffisant par rapport à leur taille). Le retard de croissance et l’émaciation peuvent avoir des conséquences physiques et cognitives irréversibles, qui limitent les capacités d’apprentissage et affaiblissent le système immunitaire.
  • Un enfant sur cinq dans le monde n’a reçu aucune dose (n’a pas été vacciné.e) ou est sous-vacciné.e (n’a pas reçu les vaccins essentiels). Sans vaccination, les enfants et leurs communautés ne sont pas protégé.e.s contre les maladies infectieuses et leurs conséquences évitables, telles que les handicaps et la mort.
  • Selon la Banque mondiale, on estime que70 % des enfants de 10 ansdans le monde sont incapables de comprendre un texte écrit simple. La crise éducative limite les possibilités des enfants une fois qu’ielles ont quitté l’école et a des répercussions sur l’avenir économique de leur communauté. Lorsque les enfants ne sont pas capables de lire, d’écrire et de faire des calculs de base, cela les retarde à l’école et limite leur capacité à décider de leur propre avenir. 

Depuis 1991, le Canada célèbre la Semaine du développement international pour mettre en lumière son soutien de longue date au développement et sa lutte contre l’injustice. À la fin des années 1960, le Canada s’est positionné en tant que leader en participant à la Commission Pearson. À l’époque, la Commission avait proposé que l’aide publique au développement (APD) soit portée à 0,7 % du produit national brut (ou PNB, concept équivalent au revenu national brut, c’est-à-dire au RNB) pour les pays qui fournissent de l’aide. En inscrivant cet objectif dans une résolution de l’ONU un an plus tard, les pays de cette catégorie ont accepté de contribuer de manière proportionnelle et cohérente au développement des pays à revenu faible et intermédiaire.

Bien qu’il ait soutenu cette résolution historique et qu’il soit l’un des pays les mieux placés pour financer l’aide au développement, la part du Canada dans l’aide publique au développement reste encore aujourd’hui très éloignée de l’objectif de 0,7 %. Pour mettre les choses en perspective, le Canada fournit 0,37 % de son RNB, tandis que la part de l’aide publique au développement de l’Allemagne atteint 0,83 % et que la contribution du Luxembourg s’élève à 1 % de son RNB.

Le Canada peut et doit faire mieux et plus. Au minimum, il devrait maintenir son engagement d’augmenter l’enveloppe d’aide internationale chaque année jusqu’en 2030 pour réaliser les objectifs de développement durable (ODD) — une promesse que le gouvernement du premier ministre Trudeau a faite à plusieurs reprises, mais qu’il n’a pas tenue l’année dernière.

quelle est la différence entre l’EAI et l’APD ?

  • L’enveloppe d’aide internationale (EAI) du Canada est un fonds dédié du budget fédéral qui soutient le développement économique, environnemental, social et politique dans d’autres pays.  
  • L’aide publique au développement (APD) constitue la grande majorité de l’EAI du Canada. Il s’agit d’un financement de l’aide internationale qui est réglementé par la législation afin de garantir que l’argent versé aux pays qui répondent aux critères de faible revenu soutient les efforts de lutte contre la pauvreté, tient compte des perspectives des personnes vivant dans la pauvreté, respecte les normes en matière de droits de la personne et s’aligne sur notre politique féministe d’aide internationale (PFIA).  
  • Une partie de l’EAI du Canada qui ne serait pas de l’APD comprend certaines initiatives en matière de sécurité, de prévention des conflits et de consolidation de la paix.

Quel que soit le parti au pouvoir, notre pays a toujours soutenu et mené des initiatives visant à assurer la vie et l’épanouissement des enfants. Parmi elles, l’initiative de Muskoka, qui a sauvé la vie de plus de 1,2 million d’enfants, et la Déclaration de Charlevoix de 2018, qui a permis à au moins 4 millions de femmes et de filles vivant dans des contextes fragiles d’accéder à une éducation sûre et de qualité.

principales initiatives du Canada en faveur des droits de l’enfant

  • En 2010, le premier ministre de l’époque, Stephen Harper, a créé l’Initiative de Muskoka pour la santé maternelle et infantile. À l’époque, la contribution du Canada a été portée à 7,3 milliards de dollars canadiens par le sommet du G8, puis multipliée par l’ONU, pour un investissement total de 40 milliards de dollars canadiens. Cette initiative a permis de mobiliser 1,1 milliard de dollars canadiens et 7 milliards de dollars supplémentaires au niveau mondial pour des interventions qui ont eu un impact durable sur la santé maternelle et infantile. En fin de compte, ces investissements ont permis de sauver la vie d’au moins 1,2 million d’enfants. 
  • La Déclaration de Charlevoix de 2018 sur l’éducation de qualité pour les filles, les adolescentes et les femmes soutient l’éducation des filles et des femmes vivant en situation de crise. Elle a été soutenue par un investissement canadien de 400 millions de dollars canadiens et par un montant historique de 3,8 milliards de dollars canadiens provenant d’autres pays. À lui seul, l’investissement canadien a touché plus de 4 millions de femmes et de filles vivant dans des contextes fragiles, dans le cadre de 55 projets en Afrique, en Asie, en Amérique latine et au Moyen-Orient, en leur donnant accès à une éducation sûre et de qualité.  
  • En 2019, le premier ministre Justin Trudeau a annoncé l’engagement décennal du Canada en faveur de la santé et des droits mondiaux, dans le but d’allouer 1,4 milliard de dollars canadiens par an à la santé mondiale avant 2023-2024, dont 700 millions de dollars canadiens en moyenne par an pour la santé et les droits sexuels et reproductifs (SDSR). Cet engagement décennal s’inscrit dans le cadre de la politique d’aide internationale féministe, l’approche phare du Canada pour lutter contre la pauvreté et les inégalités entre les sexes en se concentrant délibérément sur les besoins des femmes et des jeunes filles pour équilibrer les relations de pouvoir. 

Grâce à ces initiatives phares, le Canada soutient les communautés dont les besoins sont les plus importants, en finançant des projets menés par des organisations non gouvernementales (ONG) ou par l’intermédiaire de programmes d’organisations multilatérales tels que le Fonds mondial de lutte contre la tuberculose, le VIH/sida et le paludisme et Gavi, l’Alliance du Vaccin. Nous pouvons être fiers.ères de l’impact de ces initiatives sur la réduction de la mortalité infantile et de l’analphabétisme.

Toutefois, la convergence des conflits, de COVID-19 et de la crise climatique a freiné les progrès dans l’élimination de la pauvreté infantile. Les enfants n’étant pas scolarisé.e.s, des années d’éducation ont été retardées. Les systèmes de santé étant débordés durant la pandémie de COVID-19, les vaccinations de routine ont été reportées. Avec les perturbations de la chaîne d’approvisionnement et l’intensification des catastrophes climatiques, les prix des denrées alimentaires ont augmenté.

Il n’est pas trop tard. Une augmentation de l’aide internationale du Canada nous permettra, ainsi qu’au monde entier, de pouvoir #AtteindreChaqueEnfant, y compris cielles qui vivent dans des contextes fragiles et des situations d’urgence. Le Canada aura de nombreuses occasions de poursuivre son action en faveur des enfants du monde.

les possibilités d’impact d’un budget d’aide accru

Voici comment une augmentation du budget de l’aide pourrait avoir un impact sur la vie des enfants.

réagir à la crise de la malnutrition

L' Association internationale de développement (IDA), la branche de la Banque mondiale qui fournit des fonds aux pays aux revenus les plus faibles, cherchera à collecter des fonds en 2024. C’est l’occasion pour le Canada de tirer parti de son leadership à la Banque mondiale pour s’assurer que ce financement donne la priorité à la nutrition et au développement de la petite enfance.

Une autre occasion se présentera lors du sommet Nutrition 4 Growth (N4G) au début 2025, où le Canada aura la possibilité de prendre des engagements financiers et politiques pour soutenir des interventions à fort impact contre la malnutrition, comme le Child Nutrition Fund (CNF), le Mécanisme de financement mondial pour les femmes, les enfants et les adolescent.e.s (GFF) et Nutrition International.

prévenir la mortalité infantile grâce à l’accès aux vaccins

Le Canada se fait le défenseur de la santé infantile en soutenant la vaccination contre la polio et d’autres maladies mortelles. Il y a quelques années, le premier ministre Justin Trudeau s’est engagé à ce que le Canada soutienne la lutte de l'Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélitejusqu’au bout. L’engagement actuel du Canada arrivant bientôt à son terme, il est temps de renouveler notre contribution et d’aider à atteindre cet objectif. l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite jusqu’au bout. L’engagement actuel du Canada arrivant bientôt à son terme, il est temps de renouveler notre contribution et d’aider à atteindre cet objectif.

Une autre initiative majeure en matière de santé mondiale sera bientôt à la recherche de nouvelles ressources. Au fil des ans, le soutien du Canada à Gavi, l’Alliance du Vaccin , a permis de protéger les enfants des pays à revenu faible ou intermédiaire contre des maladies mortelles. Grâce à l’engagement du Canada, Gavi atteindra les derniers.ères enfants n’ayant reçu aucune dose et soutiendra le développement et le déploiement de nouveaux vaccins. L’un de ces vaccins contribuera à lutter contre le paludisme, l’une des principales causes de mortalité infantile, qui menace un nombre encore plus grand de communautés en raison du changement climatique.

soutenir l’éducation dans les situations d’urgence

En période de conflit, les écoles représentent des lieux sûrs, rassurants et porteurs d’espoir pour les enfants, mais elles ne sont pas toujours stables ou durables à mesure que les situations d’urgence progressent. En 2018, le premier ministre Trudeau a reconnu le rôle important que joue l’éducation dans les crises et a décidé de cimenter son héritage sur la scène mondiale, en profitant de la présidence canadienne du G7 à Charlevoix pour débloquer 4 milliards de dollars d’investissements pour les filles en situation d’urgence, en engageant 400 millions de dollars de la part du Canada. Malheureusement, cet argent s’est épuisé et n’a pas été renouvelé, éliminant l’impact et mettant fin aux programmes, c’est pourquoi cette année, le Canada doit faire un pas en avant et recommencer à financer l’éducation mondiale pour #AtteindreChaqueEnfant.

Alors que nous vivons une époque marquée par la multiplication des conflits armés et des catastrophes humanitaires, il est essentiel que nous ne tournions pas le dos aux apprenant.e.s et que nous perpétuions notre héritage en investissant à nouveau dans l’éducation. En finançant ces organismes, le Canada a permis à des enfants et à des jeunes d’avoir accès à une éducation de qualité, y compris lors de situations d’urgence humanitaire. Comme nous vivons une époque marquée par la multiplication des conflits armés et des catastrophes humanitaires, il est essentiel que le Canada investisse davantage dans l’éducation, y compris l’apprentissage précoce.

le Canada doit s’engager à nouveau à être un leader pour les enfants du monde entier

Le Canada a gagné sa réputation d’allié du développement grâce au leadership dont il a fait preuve en période de crise et d’incertitude. Tandis que nous célébrons les victoires passées du Canada, nous devons également appeler à redoubler d’efforts pour #AtteindreChaqueEnfant avec le soutien nécessaire pour faire face aux défis d’aujourd’hui.

La demandeLe gouvernement canadien doit tenir son engagement d’augmenter chaque année son enveloppe d’aide internationale (EAI) et d’investir 3 milliards de dollars au cours des 5 prochaines années (dont 600 millions de dollars canadiens en 2024) pour que les investissements dans la vaccination, la nutrition et l’éducation puissent #AtteindreChaqueEnfant.

dernières nouvelles de la campagne 

Oui ! Nous pouvons mettre fin à la tuberculose :  

  • En mars prochain, à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose, nous reprendrons campagne #OuiNousPouvonsMettreFinÀLaTuberculose que nous avons lancée l’été dernier. Nous continuerons à demander au Canada d’augmenter ses investissements dans la recherche et le développement dont nous avons désespérément besoin pour améliorer les outils disponibles pour lutter contre l’épidémie de TB. En accord avec la campagne #AtteindreChaqueEnfant , nous nous concentrerons sur les innovations nécessaires pour améliorer les soins aux enfants atteints de la TB. Prenez une longueur d’avance sur la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose en demandant qu’un monument de votre communauté s’illumine en rouge le 24 mars — utilisez ce guide ou visionnez ce vidéo pour savoir comment procéder.
Journée mondiale de la tuberculose 2024 : guide pour illuminer les monuments ! feat. Peace Mukazi

histoire

Craignant pour la vie de son fils fiévreux et amaigri, la mère d’Issaka l’a emmené au centre de santé de Mongo. Il y a reçu un traitement contre le paludisme. « J’étais convaincue que la maladie emporterait mon fils », a déclaré sa mère Arafa. Mais ce n’est que lorsqu’il a dû retourner à la clinique quelques jours plus tard que l’on a découvert qu’il souffrait également de malnutrition aiguë. Après quelques jours de traitement, l’état de santé d’Issaka s’est stabilisé et il a reçu des aliments thérapeutiques prêts à l’emploi (ATPE). Le Canada peut aider à traiter et à sauver plus d’enfants comme Issaka.

Poursuivre la lecture.

vidéo

Home Grown School Meals: Nourishing Communities and Investing in the Future - Supported by Canada

dates importantes

Mois de l’histoire des Noir.e.s
4 au 10 — Semaine du développement international
6 — Journée internationale de tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines
8 – appel national de Résultats Canada
20 — Journée mondiale de la justice sociale

Consultez notre calendrier complet des dates clés  

mots-clés

 

Budget2024

Un budget d'enfants

Atteindre chaque enfant

Malnutrition

La pauvreté des apprentissages

mots-clics 

 

#Canada4Results

#AtteindreChaqueEnfant

#Budget2024

#BudgetDEnfants

#Cdnpoli 

 



pour communiquer avec nous

Générer la volonté politique nécessaire pour mettre fin à l’extrême pauvreté.
Le changement est possible.
Sign up box
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.